Les activités de la deuxième édition de la Local Initiative For Justice (LIFJ) ont redémarré ce samedi 13 février 2020. Après une pause forcée due à la pandémie Covid-19, AfricTivistes a repris les activités de LIFJ qui fait partie de son programme ICT4Justice avec la tenue à Cotonou, au Bénin d'un atelier organisé par l’organisation «Voix et Actions Citoyennes».

C’est parti pour la deuxième édition de la “Local Initiative for Justice” dont les activités avaient été suspendues en 2020 à cause de la pandémie à coronavirus. Le Bénin ouvre le bal avec un WORKSHOP organisé par «Voix et Actions Citoyennes».  Cet atelier a permis de poser le débat sur les défis pour la société civile et la Commission africaine des droits de l'Homme et des Peuples (CADHP) en ce qui concerne la restriction de l'espace civique à l'ère du numérique.

Il s’est agi ainsi de dresser aux participants l'état des lieux de la restriction de ces droits numériques et les perspectives d'assouplissement des législations. Non sans faire état de la nécessité de promouvoir et de protéger la liberté numérique et les droits humains en Afrique. 

L’occasion était aussi saisie pour outiller les participants sur le mécanisme de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples pour l’efficience de la protection des droits de l’homme et des libertés publiques en République du Bénin.

Il faut rappeler qu’à l’issue de l’appel à projets Local Initiative for Justice dans le cadre du programme ICT4Justice de AFRICTIVISTES, 30 candidatures ont été reçues avant de choisir à la fin cinq projets parmi lesquels celui de l’organisation « Voix et Actions citoyennes » du Bénin. 

Après le Bénin, d’autres entités de la Guinée, du Niger et de la Centrafrique déploieront à leur tour leurs projets. Et ils abordent tous des questions liées à la justice et traitent aussi du rôle et des mécanismes de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP).

A noter que lors de la première édition de la Local Initiative For Justice (LIFJ), trois pays de l’Afrique du centre (Congo, Cameroun et Gabon) et deux pays de l’Afrique de l’Ouest (Côte d’Ivoire et Burkina Faso) avaient pu bénéficier du LIFJ. À travers le programme ICT4Justice, AfricTivistes veut aider les populations à comprendre davantage les missions, rôles et le travail de la Commission.  Il vise également à mettre en place un cadre de dialogue, d’échange, de discussion et de débat autour des problématiques de droits de l’homme et des peuples. En sus, il participe à renforcer l’indépendance et l'intégrité de la CADHP face aux menaces du Conseil exécutif de l’Union africaine.