Suite à des coups de feu dans plusieurs casernes du pays, le dimanche 24 janvier 2021, des militaires réunis autour du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) ont pris le pouvoir au Burkina Faso le lundi 24 janvier 2022 en annonçant à la télévision nationale la suspension de la constitution du pays, la dissolution de l'Assemblée nationale et la fermeture des frontières. Un couvre-feu nocturne a également été imposé. Arrêté par les mutins, le président de la République Roch Marc Christian Kaboré a été ensuite contraint de démissionner.

 

Une situation confuse qui va à l’encontre de la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance (CADEG) qui, en son article 2 et 23, interdit, rejette et condamne tout changement anticonstitutionnel de gouvernement dans tout Etat membre de l’Union africaine (UA). Quant au protocole de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance, il stipule que toute accession au pouvoir doit se faire à travers des élections libres, honnêtes et transparentes. Non sans préciser que tout changement anticonstitutionnel est interdit de même que tout mode non démocratique d’accession ou de maintien au pouvoir. 

 

AfricTivistes ne saurait aller à l’encontre de ces textes fondamentaux. Nous ne pouvons pas cautionner une prise de pouvoir anticonstitutionnelle.

 

En moins de deux ans, trois pays de l’Afrique de l’ouest ont fait l’objet d’un putsch militaire. Après le Mali et la Guinée, le Burkina Faso est entre les mains d’une junte militaire. N'oublions pas les cas du Soudan et du Tchad. La recrudescence de ce fléau préoccupe AfricTivistes qui défend la transition democratique et pacifique du pouvoir.

 

En plus de condamner fermement cet acte, nous réaffirmons notre soutien à la  population et à la société civile. Nous appelons également à un retour rapide à l’ordre constitutionnel et la prise en compte des revendications de populations dans les prochaines étapes du processus politique.

 

AfricTivistes demande aux militaires de faire prévaloir une loyauté républicaine et démocratique à l’égard du pouvoir.

 

Nous exigeons la libération immédiate du Président Roch Marc Kaboré et un retour rapide du pouvoir au civil.

 

AfricTivistes encourage les consensus nationaux et souhaite une facilitation des transferts pacifiques et transparents du pouvoir.

 

Nous appelons la junte militaire à respecter les engagements politiques pris par le Burkina Faso auprès des Institutions telles que l’Union africaine (UA), la CEDEAO, la CADEG, etc. En même temps, AfricTivistes exhorte ces institutions à changer de paradigme pour une collaboration multi-acteurs qui va au-delà des pouvoirs exécutifs des Etats membres. Ainsi, elles pourront contribuer à bâtir l’Afrique de demain avec les forces vives des pays à travers des actions préventives qui renforcent la bonne gouvernance; Et par ricochet, ralentir ou arrêter la déstabilisation des acquis démocratiques du continent. 

 

AfricTivistes appelle surtout à la paix et au respect des droits dans le pays et exhorte les forces vives de la nation burkinabè à promouvoir le dialogue et le règlement pacifique des différends relevant des questions politiques.