#Filimbi

MOUVEMENT FILIMBI

Le continent africain dispose de l’une des populations les plus jeunes au monde, avec plus de 60% de la population africaine ayant moins de 30 ans. La République Démocratique du Congo (RDC), l’un des plus grands pays d’Afrique, n’échappe pas à cette réalité. Suivant un rapport de l’UNFPA publié en 2013 sur les jeunes de l’Afrique subsaharienne, en 2010, 33% des 66 millions d’habitants que comptait la RDCse retrouvait dans la tranche des 10 à 24 ans. Le nombre de jeunes augmentera à 31,6 millions d’ici 2025 et 42,9 millions en 2050. Le développement de la RDC est donc étroitement lié au bien-être de ses jeunes.Ainsi, Gouvernance démocratique stable, croissance économique, accès à l’éducation et aux soins de santé, sécurité, sont autant de facteurs qui, idéalement, devraient permettre aux jeunes de jouer un rôle plus grand dans la vie politique, économique et sociale du pays. Ce n’est malheureusement pas le cas aujourd’hui.

Les jeunes Congolais font preuve de beaucoup de détermination à relever leurs défis mais ils ont aussi démontré leur frustration à cause des multiples obstacles. Par conséquent, il est constaté un faible engagement civique  des jeunes, désabusés  et premières victimes de l’absence des éléments de base d’une gouvernance démocratique stable. Les jeunes ne voient pas l’intérêt de s’engager dans un système qui ne reflète pas leurs valeurs et ne prend pas en compte leurs besoins.

L’enseignement : Le système d’enseignement et de formation en RDC laisse à désirer en ce moment : les jeunes sont mal instruits, en grande partie au chômage et peu outillés pour le monde du travail. Il y a plus de 7,3 millions d’enfants non-scolarisés âgés de 5 à 17 ans, avec plus de la moitié des filles dans cette population. L’accès et la qualité de l’enseignement primaire, secondaire et professionnel et la formation technique sont faibles.

L’emploi : Il y a une déconnexion entre les capacités des jeunes et les exigences des employeurs. Beaucoup de jeunes n’ont ou ne reconnaissent pas la valeur des compétences que recherche le secteur privé. Souvent mal formés et manquant généralement les compétences nécessaires pour soutenir la concurrence sur le marché de l’emploi, les jeunes trouvent peu de possibilités pour gagner un salaire décent. Le taux de chômage officiel est à hauteur 32,2%, quasiment deux fois la moyenne nationale (17,8%) dans l’économie formelle. Toutefois, l’ampleur réelle du sous-emploi et du chômage des jeunes n’est pas connue. Certaines estimations planchent au-dessus des 70%.

La santé : Les jeunes sont peu informés sur la sexualité et la santé de la reproduction. Les jeunes Congolais semblent être déconnectés de nombreux services de santé en raison du faible niveau de compétences interpersonnelles de certains professionnels de la santé, du peu de structures pour la santé sexuelle et génésique ainsi que des services de planification familiale dédiées aux jeunes. Comme conséquence, les jeunes sont mal informés sur la sexualité et la santé de la reproduction, y compris en ce qui concerne le VIH/Sida. Moins de 20% de jeunes de 15 à 19 ans ont une connaissance approfondie sur le VIH. En outre, la fécondité des adolescentes est élevée ; les jeunes sont sensibles aux rumeurs sur les contraceptifs et réticents pour des méthodes modernes, et presque une adolescente de 15 à 19 ans sur cinq donne naissance chaque année.

La participation civique et politique : Les jeunes profitent des voies formelles (canaux gouvernementaux) et informelles (société civile) pour leur expression, leur participation et leur engagement. Nonobstant la fierté qu’ils ont d’être Congolais, la voix de la jeunesse est sérieusement défavorisée; les jeunes expriment des sentiments de désengagement, de marginalisation et de découragement, ils sont souvent victimes de la manipulation politique et/ou ethnique.

Le genre : Les normes culturelles profondément ancrées et désuètes et des lois discriminatoires envers les femmes sont un défi crucial pour l’égalité des sexes. Par exemple, bien que de nombreux pays d’Afrique subsaharienne aient établi à dix-huit ans l’âge minimum pour le mariage, en RDC cet âge est toujours fixé à quinze ans pour les femmes. Plus inquiétant pour l’avenir de la RDC sont l’acceptation généralisée de la violence familiale, des mariages précoces et une maternité précoce et le recours au viol comme arme de guerre. Plus d’un sur trois adolescents âgés de 15 à 19 en RDC ont subi des violences sexuelles.

Les conflits : Depuis l’indépendance, la violence et les conflits ont jeté une grande ombre sur la RDC. Beaucoup d’enfants sont morts, sont devenues combattants et/ou déplacés en raison de cette instabilité. 
En définitive, cette population de jeunes en pleine croissance a un énorme potentiel pour renforcer ou saper les objectifs nationaux dans les domaines de la gouvernance et du développement économique et social. L’amélioration de la Gouvernance ainsi que la situation sécuritaire, économique et sociale dépend fortement du niveau d’engagement de la jeunesse.
C’est en réponse à cette situation alarmante que s’est créé FILIMBI (sifflet en Swahili), un mouvement citoyennon partisan et d’envergure nationale réunissant des organisations de jeunes (milieux associatifs, université, etc.), mais également des artistes, entrepreneurs, cadres, etc. qui partagent cette vision. Le mouvement estdirigé par des jeunes congolais, qui s’emploient à renseigner et sensibiliser les jeunes sur le processus démocratique et l’engagement citoyen. En encourageant les jeunes peu engagés à s’impliquer, FILIMBI se veut être le point d’entrée pour un engagement citoyen durable des jeunes en République Démocratique du Congo.

Objectifs
Les objectifs principaux de FILIMBIsont d’accroître la participation citoyenne des jeunes congolais et d’encourager le dialogue entre les jeunes et les acteurs tant sociaux que politiques. Ainsi, FILIMBI fournit aux jeunes congolais des outils susceptibles de faciliter leur engagement citoyen et l’exercice de leur droits et devoir civiques en toute conscience, pour apporter un changement positif dans leur milieu de vie. 
FILIMBI utilise cesoutils pour permettre une transition des jeunes non engagés du cynisme, de la colère et de la frustration qui les anime à la critique constructive et l’influence positive du système à travers l’engagement civique et le pouvoir électoral.  Il souhaite traduire les connaissances des jeunes, leur énergie positive et leur dynamisme en une influence directe sur le système de gouvernance.

La vision FILIMBI
FILIMBI rêve d’une République Démocratique du Congo où les jeunes activement engagés, joueraient pleinement leur rôle d’agents de changement et feraient partie intégrante du développement décisionnel à tous les niveaux du processus politique. Une République Démocratique du Congo où les jeunes ne subiraient plus la démocratie.

L’approcheFILIMBI
FILIMBIfacilite l’engagement civique des jeunes en le rendant plus attrayant et plus accessible. Ainsi, grâce à une approche créative et familière à la jeunesse,FILIMBI utilise les connaissances, l’art et les nouvelles technologies pour encourager la citoyenneté active, en fournissant des informations, des outils et des compétences nécessaires aux jeunes pour qu’ils soient engagés activement dans leurs communautés et dans le processus démocratique.


Pour y arriver, FILIMBI peut compter sur un réseau d’experts œuvrant dans divers domaines (démocratie et gouvernance, nouvelles technologies, développement personnel, art etc.), qui lui fournit le support technique dont il a besoin dans l’accomplissement de sa mission. 

FILIMBI en actions

FILIMBI compte atteindre les objectifs qu’il s’est fixé  en utilisant entre autres les moyens ci-après :

 

  • Ateliers d’échanges et de formation  sur des thèmes variés (participation citoyenne, leadership, service communautaire, élections etc.) ;
  • Evènements encourageant les jeunes à s’engager (concerts citoyens, foires aux problèmes, concours, débats citoyens etc.) ;
  • Elargissement du réseau citoyen
  • Equipes de rue pour la sensibilisation à l’engagement citoyen ;
  • Publication d’articles et d’analyses ;
  • Conception et production de matériaux de sensibilisation et de formation pour les jeunes
  • Etc.

FILIMBI, art et service de la communauté

FIILIMBI collabore avec des jeunes artistes engagés qui servent leur communauté dont :

 

  • Lyke Mike
  • Sholo
  • Ekopimolo
  • Morihno
  • DasolMalpol
  • Orakle
  • Costa Yekima
  • CizeNkosi
  • KojackKossakamvwe
  • Ice MAN rames
  • 9A Amos
  • Mireille Elugba
  • TK Russel
  • XlarisMotho, etc.

Le 1er mars 2015, le mouvement a organisé une action symbolique en mémoire des plus de 8 millions de morts congolais et pour exprimer l’aspiration à la paix et au développement de toute une Nation.  La diaspora congolaise en Afrique du Sud s’est également associée à cet événement en organisant une marche symbolique le même jour. Cette action a lancé le début de la campagne de sensibilisation et d’action: 8 Millions INENEYA – EKOKI – IFUENI – KUAJIKI.

Le principal objectif de cette action a été de nous rassembler, pleurer nos morts et surtout, réfléchir et agir, ensemble, pour que ce drame cesse.

Auprès  des  acteurs  et  décideurs  de  la  communauté  internationale  il  s’agira  de  faire  entendre  la  voix  des Congolais, présenter les propositions et faire connaître les actions que les Congolais estiment indispensables pour arrêter le massacre et faire avancer leur pays.

Cette action s’est déroulée dans la salle de Conférence du Centre Nationale de Transfusion ou une projection de documentaire « Conflit au Congo, vérités dévoilées » de l’organisation 3Friends of the Congo » a été suivie de plusieurs interventions sur le sujet.

Un clip vidéo de 5 minutes regroupant des membres du mouvement de Kinshasa, Lubumbashi, Goma, Béni et Butembo a également été produit. Ce clip contient un  appel ayant  un  message  double :

 

  •  Rappeler  le scandale méconnu des 8 millions de morts causés par la guerre et l’indifférence,
  • Lancer un appel et prêter le serment de se lever et de s’engager pour l’action.

Les 14 et 15 mars 2015, FILIMBI a organisé un atelier de réflexion et d’échange qui s’est clôturé par un concert populaire respectivement dans l’enceinte de la paroisse Don Bosco et sur la place « UDPS » situées dans la commune de Masina. Cet événement a également marqué le lancement officiel du mouvement.

Au cours de cet atelier, les participants ont discuté de l’engagement citoyen des jeunes dans le contexte de la République Démocratique du Congo, en s’inspirants notamment des interventions d’artistes engagés, d’expériences réussies de mobilisation des jeunes sur cette question et ils ont conçu un plan d’actions susceptible d’atteindre les jeunes.

« La FILIMBIsophie » (philosophie FILIMBI)

FILIMBI croit que la création d’espaces propices au dialogue et à la participation au processus de prise de décision favorise l’engagement civique des jeunes et améliore grandement la qualité de la démocratie.

FILIMBI croit qu’il est important d’amener la démocratie vers les jeunes et ne pas attendre que les jeunes viennent vers elle. Parfois, le premier pas vers l’engagement civique est le plus important.