Le 25 avril 2014, six membres d'un collectif de blogueurs étaient arrêtés à Addis-Abeba. Le lendemain, 26 avril trois journalistes étaient aussi emprisonnés. Ce même 26 avril, le premier tweet avec le mot clic faisait son apparition sur Twitter.

 

Le collectif baptisé Zone Nine a été créé en 2012. Le nom du groupe fait référence aux huit zones de la grande prison de Kality, dans la banlieue d’Addis-Abeba, où sont détenus de nombreux prisonniers politiques ; la neuvième zone désignant le reste du pays. Car même si la Constitution éthiopienne protège explicitement la liberté d'expression, le gouvernement ne tolère pas les opinions divergentes. Une loi anti-terroriste adoptée en 2009 est utilisée pour poursuivre les journalistes et blogueurs. Selon le Comité de protection des journalistes « avec 17 journalistes in prison, l'Ethiopie n'est devancée que par l'Erythrée dans le classement des pays africains dont les prisons renferment des membres de la presse. »

Les Zone9ers ont mené des campagnes en ligne pour que le gouvernement respecte la Constitution et le droit de manifester ou pour sensibiliser le public à la répression politique. Ils avaient rédigé des articles critiques envers le prétendu développement économique du pays. Ils traduisaient également les informations internationales pour les lecteurs locaux.

Les six blogueurs et trois journalistes sont accusés d'avoir « travaillé avec des organisations étrangères prétendant militer pour les droits de l'homme et … [avoir] reçu des subsides pour fomenter la violence publique par les médias sociaux. »

Mardi 17 février, ils apparaissaient pour la 20ème fois devant une cour.

Les élections devraient se tenir dans environ quatre mois.

Ils ont entre 23 ans et 34 ans, sont fonctionnaires, ingénieurs ou encore Data specialists.

 

Anna Guèye.