AfricTivistes estime que l’Initiative citoyenne n’est aucunement une menace pour les acteurs politiques. Tout au contraire, elle va de pair avec l’action politique et doit être encouragée et protégée aussi bien par les autorités centrales, locales que les forces de police.

Depuis un mois, l’association ”Simple Action Citoyenne (SAC)” est à pied d’œuvre pour préparer la réouverture des classes dans la Commune de Grand-Dakar. C’est ainsi que via Twitter, elle a lancé un appel à participation citoyenne pour la réfection des toilettes d’une école élémentaire dénommée «Issa Kane» dont les toilettes étaient dans un état exécrable et non fonctionnelles. Mais à leur grande surprise, les membres de l'association SAC ont été stoppés dans leur dynamique. Ce vendredi 19 juin 2020, la police est venue interrompre les activités de l’organisation qui effectuait des travaux de finition, notamment la peinture des toilettes après avoir fini les travaux de plomberie, de menuiserie et de branchement électrique. Selon le Président de l’association Mamadou Junior Diakhaté, par ailleurs enseignant à l’élémentaire, leurs actions n’auraient pas plu au maire de Grand Dakar qui dans un premier temps leur avait sommé d’arrêter sous prétexte qu’il appartiendrait uniquement à la mairie de mener ces genres de travaux. Face au refus des membres de la SAC soutenu par le Directeur de l’école, le maire aurait appelé la police qui est venu arrêter les travaux arguant que des opérations de distribution de vivres dans le cadre du “FORCE Covid-19” vont se tenir dans l’école.

AfricTivistes pense que les actions de l’association SAC sont à ranger dans le cadre de la participation citoyenne garantie par le titre XI de la Constitution de 2001 modifié par la loi constitutionnelle n° 2016-10 du 05 Avril 2016 et intitulé : des collectivités territoriales. L’article 102 de la charte fondamentale dispose : « Les collectivités territoriales constituent le cadre institutionnel de la participation des citoyens à la gestion des affaires publiques. (…)» Aussi, la participation citoyenne est prévue par la section II du titre premier de la loi de 2013-10 du 28 Décembre 2013 portant code général des collectivités locale. Cette loi dispose en son article 6 : « Toute personne physique ou morale peut faire, au président du conseil départemental et au maire, toutes propositions relatives à l’impulsion du développement économique et social de la collectivité locale concernée et à l’amélioration du fonctionnement des institutions.» En outre, AfricTivistes est convaincue que cette initiative de l’association SAC est une œuvre de salubrité publique garantie par la Constitution. Elle intègre dans son article 8, le droit à un environnement sain parmi les droits collectifs garantis par la République du Sénégal. Une disposition renforcée par la Charte africaine des Droits de l’Homme et des peuples, dont l’article 24 consacre le droit à un environnement sain  pour les peuples.

D’ailleurs, à en croire le Président de l’association SAC, ce n’est pas la première fois que le maire de Grand Dakar use de subterfuges ou de procédés non conventionnels pour saboter leurs actions. Pour rappel, Selon Mamadou Junior Diakhaté, il y a quatre voire cinq mois, le maire avait saboté leur activité de clean up challenge sur un terrain sis de la localité. Parce que tout simplement, dit-il, le chef de l’Exécutif considère les membres de l’association SAC comme de potentiels adversaires politiques.

AfricTivistes estime ainsi qu’on ne peut pas sous prétexte de simples accusations non-fondées bloquer des actions citoyennes. Et pire, faire appel aux forces de police comme si on avait affaire à des délinquants 

Sachant que la réfection des toilettes ne peut empêcher aucunement que les opérations de distribution de denrées se fassent ;

 

Vu que les droits à un environnement sain et à la participation citoyenne sont garantis par la Constitution sénégalaise, les lois du pays et la Charte africaine des droits de l’homme ;

 

Considérant les actions citoyennes de l’association SAC comme une réponse aux urgences des populations et à une demande de l’école sénégalaise en ces temps de crise sanitaire. 

 

AfricTivistes condamne l’attitude du maire de Grand Dakar appuyé en ce sens par la police.

AfricTivistes estime que l’Initiative citoyenne n’est aucunement une menace pour les acteurs politiques. Tout au contraire, elle va de pair avec l’action politique et doit être encouragée et protégée aussi bien par les autorités centrales, locales que les forces de police.

 

AfricTivistes recommande aux autorités locales d’être plus regardant sur les initiatives citoyennes et plus coopérant avec les acteurs.

AfricTivistes invite la mairie de Grand Dakar à laisser l’association SAC continuer ses actions pour l’intérêt des élèves qui doivent reprendre les enseignements le 25 juin prochain.