#Gabon - Evitons l’enlisement de la crise post-électorale

Communiqué de soutien aux Gabonais

Evitons l’enlisement de la crise post-électorale

Nous, Africtivistes, suivons avec attention la situation qui prévaut au Gabon, après le scrutin présidentiel du 27 août 2016 dans lequel 628 000 électeurs étaient appelés à choisir entre le président sortant Ali Bongo et le candidat de l’opposition unie, Jean Ping.

C’est dans ce contexte que la Commission nationale électorale autonome et permanente (CENAP) a déclaré la réélection du candidat Ali Bongo avec 49,80 % des suffrages exprimés contre 48,23 % au candidat, Jean Ping.

Cette déclaration a provoqué une explosion de colère dans le pays ; l’opposition et la société civile contestent cette réélection d’Ali Bongo qu’ils qualifient de hold-up électoral.

Les manifestants pacifiques à Libreville, Port-Gentil, Oyem, Lambaréné, Franceville … sont férocement réprimés.

Le gouvernement avoue 3 morts, 105 blessés et 1 000 arrestations. L’opposition quant à elle ne compte pas moins de 50 morts.

Plusieurs leaders de l’opposition ont été retenus au Quartier Général de campagne de Jean Ping – après le raid qu’il a subi – pendant plusieurs jours et n’ont été relâchés qu’après intervention de la communauté internationale.

Devant ce climat politique tendu, l’Union européenne qui a supervisé l’élection ainsi que les Nations Unies ont réclamé la publication des procès-verbaux et le recomptage des voix afin de trouver une solution au différend qui oppose les acteurs politiques. Approche qui ne semble pas convenir au pouvoir en place.

Rappelons que l’élection d’Ali Bongo en 2009 avait été contestée par l’opposition et avait été suivie d’une semaine d’émeutes à Port-Gentil, la capitale économique du pays.

Pour éviter l’enlisement de la crise gabonaise, nous Africtivistes, joignons notre voix à celle de la communauté internationale pour exprimer les mêmes préoccupations et proposer des solutions pour une issue heureuse de la situation.

A cet effet, Africtivistes :

Exprime sa solidarité au peuple gabonais dans cette épreuve ;

Condamne fermement toute forme de violence comme voie de recours pour résoudre ce contentieux électoral ;

Proteste contre la répression féroce des forces de l’ordre gabonaises à l’encontre des manifestants à mains nues ;

Demande l’ouverture d’une enquête indépendante supervisée par Human Rights Watch afin de faire la lumière sur les atteintes aux droits humains durant cette crise postélectorale ;

Appelle la communauté internationale dans sa composante intégrale à s’impliquer effectivement pour aider les Gabonais à trouver une issue pacifique à la crise actuelle,

Et enfin, invitons les protagonistes à faire preuve de retenue pour privilégier le dialogue comme seule voie de recours dans la résolution de cette crise post-électorale.

Fait à Dakar, le 7 septembre 2016

 

Pour de plus amples informations Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou +221 77 550 04 69